La réaction de Charles Blé Goudé était attendue suite à la déclaration du président Alassane Ouattara qui s’est dit favorable pour un retour de Laurent Gbagbo et de son ancien ministre. 24 heures après, le président du COJEP, a dans une intervention vidéo, pour certainement respecter le parallélisme des formes ; tenu les propos que voici, retranscrits par votre site d’informations, Actupeople.net : “A l’issue du conseil des ministres du mercredi 7 avril dernier, le chef de l’Etat Ivoirien, son excellence Alassane Ouattara, a pris une décision importante au sujet du retour du président Laurent Gbagbo et moi-même en terre Ivoirienne. Cette décision a été rendue publique à travers une déclaration que je cite : « Messieurs Laurent Gbagbo et Blé Goudé sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent….Les frais de voyage de M. Laurent Gbagbo, ainsi que ceux des membres de sa famille, seront pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire. Les dispositions seront également prises pour que M. Laurent Gbagbo bénéficie, conformément aux textes en vigueur, des avantages et des indemnités dus aux anciens Présidents de la République de Côte d’Ivoire ». De prime abord, je prends acte de cette déclaration qui intervient une semaine après la confirmation de notre acquittement définitif par la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Accord pour le retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé-Les non dits d’Alassane Ouattara et les problèmes que cela soulève

Au nom du COJEP, et en mon nom propre, je voudrais saluer cette décision du Chef de l’Etat Ivoirien, qui, à n’en point douter participera à la décrispation de l’environnement sociopolitique dans notre pays. Ensuite, je voudrais traduire ma gratitude au président de la république en ce que la décision qu’il a prise hier 7 avril, va œuvrer à rassembler les filles et les fils de la Côte d’Ivoire comme je l’ai toujours souhaité depuis ma sortie de prison. En ce qui me concerne, je voudrais une fois encore renouveler ma disponibilité et ma détermination sans faille à servir d’instrument pour la paix en Côte d’voire. Car pour moi, les survivants à toute guerre, à toute crise, ont un impératif et un devoir, bâtir la paix. Oui, chers frères, chères sœurs Ivoiriens, c’est ensemble dans le respect de nos différences que nous pouvons bâtir notre pays qui est notre bien commun. La Côte d’Ivoire est un tout qui a besoin de tous. Et chacun à son niveau doit faire l’effort, non pas d’assister en spectateur et juger, mais de participer à ce processus de paix, car nous sortons d’une situation très très difficile. Mais c’est notre histoire, aussi douloureuse, soit-elle, nous devons l’assumer, nous regarder droit dans la glace et tourner la page triste de cette histoire-là. Car, regardez l’Allemagne, regardez la France. Ces deux pays étaient dans une position de face à face. Aujourd’hui, pour l’Europe, et le bonheur des Européens, ces deux pays sont dans une position de côte à côte. Alors, j’invite chacun et chacune à faire une ponction sur son égo pour que nous puissions passer du face à face au côte à côte. La Côte d’Ivoire, notre pays, en a besoin. Vive la Côte d’Ivoire. Je vous remercie”.