• Save

Que retenir de l’enregistrement audio dont disposait comme preuve le procureur de la République ? Rien au final. Avant que Affoussiata Bamba Lamine ne révèle que l’enregistrement audio en question date de 2017, cette bande se sera révélée au final comme une tentative de diabolisation de Guillaume Soro. Un prétexte pour l’éliminer de la course à la présidentielle d’octobre 2020. Dans sa déclaration du 25 décembre depuis Barcelone en Espagne, Affoussiata Bamba Lamine parlait déjà de l’espionnage dont Guillaume Soro fit l’objet en 2017, par une certain Francis Perez.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Mamadou Koulibaly hausse le ton : « Alassane Ouattara est un chef d’Etat affaibli et isolé »-Le nord du pays déclaré zone rouge

La bande audio que l’on présente comme étant preuve d’une tentative de déstabilisation se veut plutôt un banal enregistrement de fait d’espionnage, échange entre Guillaume Soro et Francis Perez. Alassane Ouattara s’est laissé avoir à son propre jeu. La question qui ressort de plus en plus de l’opinion est celle-ci : Une tentative de coup d’état sans des interventions de militaires dans la bande en question ? Il fallait trouver une preuve pour mettre en route tout cet acharnement contre Guillaume Soro. Hélas, l’on se rend à l’évidence que le plan a été mal ficelé.

Une bande audio qui s’est relevée au final comme l’enregistrement de l’échange à titre d’espionnage entre Guillaume Soro et Francis Perez

Le pouvoir d’Abidjan devrait trouver mieux. La sérénité n’est pas de mise, surtout lorsque l’on voit la célérité, la brutalité, avec laquelle ce dossier est traité. Le procureur de la République dans une stratégie inédite a dévoilé des enregistrements pour lesquels l’enquête n’est pas bouclée. Les tentatives de déstabilisation en Côte d’Ivoire et dans bien d’état sont foison. S’il faut chaque fois convoquer des points de presse pour bien d’opérations interceptées par les renseignements généraux, on ne s’en sortirait pas. En définitive, que retenir ? Une opération mal ficelée qui avait pour but, et de diaboliser Guillaume Soro, candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020 et surtout lui barrer la voie par tous les moyens. Autant dire que cette fois-ci, c’est mal parti. Guillaume Soro vient de prendre une longueur d’avance, lui, qui prévoit des déballages moins reluisants pour Alassane Ouattara, et son clan dans les jours à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.