• Save

Dans la nuit de mercredi à jeudi, poste mixte Armées-Gendarmerie dans la localité de Kafolo, Sous Préfecture de Sikolo, dans le Nord-Est ivoirien a été la cible d’une attaque perpétrée par des assaillants non encore identifiés. Le communiqué officiel de l’état-major des Forces armées de Côte d’Ivoire livré en ce jeudi, annonce une dizaine de morts, 6 blessés et un assaillant neutralisé. À en croire le Général de Corps d’Armée Lassina Doumbia, Chef d’état-major général des armées, les auteurs de cette attaque n’ont jusque-là pas encore été identifiés. Les enquêtes sont donc en cours, selon le commandant en chef des FACI pour déterminer « la nature, les circonstances et le bilan définitif de cette attaque ».

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Kong-Attaque armée-La piste djihadiste privilégiée-Le commandant de brigade de la gendarmerie coupable d’une fuite d’informations

Dans un tweet posté quelques heures après, Roger Banchi, ancien membre de la branche politique des Forces nouvelles (FN, ex-rébellion), lui, croit avoir une longueur d’avance sur l’enquête. Tout en exprimant son inquiétude, l’homme de plus en plus actif depuis « L’affaire de drogue impliquant le ministre Hamed Bakayoko », estime, qu’en marge de l’enquête, il existe déjà des indices suffisants pour qualifier cette attaque. «Ce que les médias étrangers qualifient déjà d’attentats terroristes ! Terrorisme djihadiste, Narcotrafic… on sait que ces deux fléaux sont très liés en Afrique de l’Ouest », a posté l’ancien ministre des PME dans le gouvernement d’union de Laurent Gbagbo. Et comme pour appuyer ses déductions, ce proche de Guillaume Soro qui coordonne les actions du Groupement et Peuples Solidaires en Europe, a affiché le drapeau Ivoirien sous lequel en commentaire, il a exprimé son inquiétude et prédit par ricochet le pire en ces termes : “Grande inquiétude pour La Côte d’Ivoire… Sincèrement, je suis inquiet pour mon Pays”. L’attaque de Kafolo de ce jeudi 11 juin survient après l’opération antiterroriste dénommée “Comoé” qui avait été conjointement menée, en mai dernier, par les armées ivoirienne et burkinabé contre une base naissante de djihadistes.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.