• Save

Le 11 juin, des militaires Ivoiriens tombaient sous des balles assassines à la frontière Côte d’Ivoire-Burkina au Nord-Est. Une attaque non revendiquée, mais imputée à un groupement djihadiste. Outre l’apparition éclair du ministre de la défense au GATL pour accueillir les militaires blessés et un communiqué diffusé un peu plutôt par l’Etat Major de Côte d’Ivoire, c’est le silence radio sur cette opération aux contours jusque-là, flous. Avec la démission de l’assemblée nationale, c’est le cas de le dire. Qui jusque-là, n’a pas publiquement daigné ouvrir une quelconque enquête parlementaire comme cela devrait être le cas, un militaire est monté au créneau ce samedi 20 Juin pour interpeller le président de la République, Alassane Ouattara, le ministre de la défense, Hamed Bakayoko et le chef d’Etat Major, le Général Lassina Doumbia. Le commandant Abdoulaye Fofana, qui se présente comme membre de la garde République a adressé un message vidéo de 15 minutes aux autorités Ivoiriennes. Annoncé comme avoir été radié de l’armée Ivoirienne, le commandant Abdoulaye Fofana, a été l’aide de camp de Guillaume Soro. Voici en substance son message.

Lire aussi : Abidjan-Décès de Doumbia Souhalio-Guillaume Soro perd l’un des membres de sa garde rapprochée

Le commandant Abdoulaye Fofana à Alassane Ouattara : “Le moral de la troupe n’est pas au beau fixe…”

“Monsieur le président, chef suprême des armées, ne trouvez aucun mot politique dans mes propos. Ce sont des propos d’un soldat, des soldats qui ont le cœur meurtri. Ce sont des propos qui se tiennent dans les casernes. Monsieur le président, le moral de la troupe Ivoirienne n’est pas au beau fixe. Le doute plane dans nos casernes. Monsieur le président, souffrez de mes propos. L’armée se demande si vous appréciez notre concours dans la sécurisation du territoire Ivoirien. L’armée se demande si vous appréciez les honneurs militaires qui vous sont rendus. L’armée se demande si vous appréciez les honneurs qui vous sont rendus lors des fêtes nationales de la Côte d’Ivoire…L’armée se pose plusieurs questions….Si votre réponse est “Oui”, alors , assumez toutes les responsabilités qui vont avec…

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Fuite d’informations ayant occasionné l’attaque terroriste-Qu’est devenu Bamba Daouda, le commandant de l’escadron de la gendarmerie de Kong ?

  • Save

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Des révélations sur le couple présidentiel font grand bruit sur la Toile

Mais si votre réponse est “non”, l’armée comprendra votre silence face à l’attaque subie par nos positions avancées à Kafolo. L’armée se souvient du vacarme que vous avez fait avec Emmanuel Macron lors de l’hommage rendu aux neuf militaires français tués à Bouaké en 2004. Alors l’armée ivoirienne se demande pourquoi un tel silence sur l’attaque de Kafolo ? …Que cachez-vous ?. Monsieur le président, comment allez-vous organiser les funérailles de nos braves soldats tombés sur le front de Kafolo ?. Monsieur le président, l’armée vous regarde…”.

  • Save

Quant au ministre de la défense, Hamed Bakayoko, le commandant Abdoulaye Fofana l’interpelle directement sur l’enquête de trafic de drogue dans laquelle il est cité : “L’armée attend votre défense dans cette histoire de drogue parce qu’elle ne vous honore pas. Dites nous quelque chose…Situez les responsabilités dans cette attaque de Kafolo. N’aviez-vous pas l’information des manœuvres que planifiaient les assaillants sur cette position ? Donnez des explications à l’armée, à la nation ivoirienne car elle vous a confié sa défense et sa sécurité. L’armée se pose plusieurs questions…Pourquoi n’avez-vous augmenté l’effectif des positions avancées de Kafolo ?. Pourquoi n’avez-vous pas fait face à la dotation de la position de Kafolo ?…Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Où sont passées les armes qu’on exhibe lors des fêtes des indépendances ?. Monsieur le ministre de la défense, l’armée vous regarde”. Au Général Doumbia Lassina, chef d’Etat Major des Armées, il dira ceci : “Mon général, travaillez avec vos collaborateurs…arrêtez de travailler en singleton…J’espère qu’il n’y aura pas un communiqué de l’état major pour dire que vous ne vous vous reconnaissez pas dans mes dires”.

  • Save
Le Général Lassina Doumbia, Chef d’Etat Major des Armées de Côte d’Ivoire
Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.