• Save

Depuis hier, la démission de Vincent Toh Bi Irié de son poste de Préfet de la ville d’Abidjan fait l’objet de bien de commentaires et de supputations. Absent des réseaux sociaux depuis le 18 août où il faisait régulièrement partager ses chroniques, Toh Bi Irié est rentré dans un grand mutisme laissant à l’appréciation de tous ce message plein d’intrigues : “ANATHÈMES Res Publica…Notion de Nation…Nation d’omission. Et le Verbe se fait vert et clair. Anathèmes et réminiscences agnostiques pour et contre Sion, la Terre Promise. Brinquebalanteries de jacqueries souterraines. Parlons. Parlons. Mais l’humain, point de vide sidéral. À tension….Attention”. Même s’il ne s’est jusque-là pas prononcé sur sa supposée démission, d’autant lus qu’aucune note officielle n’a entériné l’information, le mystère reste entier sur cette nouvelle surprise.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Après son investiture en tant que candidat du RHDP-Guillaume Soro traite Alassane Ouattara d’Hitler

Alors au moment, où chacun en est à trouver les raisons de la démission de Toh Bi Irié Vincent, des sources ont laissé entendre que cela fait suite au fait qu’il serait consenti pour être directeur de cabinet d’Hamed Bakayoko, dont il aura été par le passé directeur de cabinet du temps où celui-ci était ministre de l’intérieur. Autant dire que cette velléité qui tend à faire croire une telle raison est fausse. Non, Toh Bi Irié n’est pas consenti pour être directeur de cabinet du Premier Ministre Hamed Bakayoko. Et si par ailleurs, cela aurait été le cas, il n’aurait pas démissionné pour autant de son poste de Préfet. Avant d’en dire davantage sur ce dossier qui est sur toutes les lèvres depuis ces 24 heures en côte d’Ivoire, Vincent Toh Bi Irié reste jusqu’à cette heure où nous publions ces lignes, injoignable. Sa sortie médiatique qui reste très attendue réserve bien de surprises.