• Save

Alassane Ouattara se gargarise sur les bords de la lagune Ebrié, comme le démocrate sorti de la cuisse de Jupiter. Et pourtant, l’histoire récente de la Côte d’Ivoire le confond assez suffisamment. Auteur des phrases incendiaires suivantes : “Je frapperai ce régime moribond et il tombera comme un fruit pourri… Et le 31 décembre je viendrai passer la fête de la Saint Sylvestre à Abidjan”, nous étions en 1999, date à laquelle survint le premier coup d’Etat militaire en Côte d’Ivoire porté par Guéï Robert.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Mandat d’arrêt-Depuis l’Espagne, Guillaume Soro réplique et avoue enfin par la voix de Affoussiata Bamba Lamine : “J’ai fait le coup d’état de 2002 pour le compte de Alassane Ouattara”

En 2001, il récidive avec cette autre déclaration de guerre qui va aboutir au complot de la Mercedes Noire les 7 et 8 Janvier qui débouchera sur la rébellion du 19 septembre 2002. Alassane Ouattara avait prévenu en ces termes : “Je rendrai ce pays ingouvernable si ma candidature est rejetée…”. Avec les esprits préparés par la Une de son journal le “Patriote”, séparant le Nord du Sud, commençait ainsi la longue traversée que la Côte d’Ivoire connait depuis maintenant 18 ans. Et dont l’aboutissement a été son parachutage à la tête de l’Etat ivoirien au forceps des bombes de la France. Depuis lors, en Chef de guerre, Alassane Ouattara dirige la Côte d’Ivoire, et nargue surtout ses adversaires, y compris celui qui l’a fait roi par le truchement de la rébellion.

Je reconnais une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la république…

Justement, c’est là, que se situe tout le débat. Depuis 18 ans, nul n’a donné les preuves tangibles que c’est Alassane Ouattara qui a monté, financé et entretenu la rébellion qui a fait des milliers de morts et bien d’atrocités, tant au sein des populations civiles, des hommes politiques et des militaires. Après ses nombreuses déclarations à demi mot, exit celle ci : “Je reconnais une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la république, Monsieur Alassane Dramane Ouattara….”. Outre de telles insinuations, Guillaume Soro n’a jusque-là jamais dit avec preuves si c’est Alassane Ouattara qui est coupable de près de deux décennies de crimes organisés auxquels l’on assiste à ce jour en Côte d’Ivoire. Après l’avoir condamné à 20 ans de prison. Après l’avoir exclu des élections d’octobre 2020. Et dans sa récente interview où il le traite de : “Jeune homme enivré par l’argent et le pouvoir”, l’ancien leader estudiantin qui a sacrifié sa jeunesse pour endosser la rébellion va-t-il enfin livrer les secrets du coup d’Etat de 2002 ?. Avec preuves à l’appui, pourra-t-il dire au monde entier comment Alassane Ouattara a-t-il recruté, nourri et blanchi les militaires Ivoiriens qui ont porté l’estocade à la mère patrie en cette triste nuit du 19 septembre tuant sur leur passage frères d’armes, hommes politiques et civils ?. Quid des déclarations enflammées et des réponses qu’il n’a cesse de donner depuis l’interview d’Alassane Ouattara à Paris Match, l’heure n’est-elle pas venue pour Guillaume Soro de faire le grand déballage après tout ce qu’il aura subi de la part d’Alassane Ouattara ?…A moins que…