Ce jeudi 7 janvier, le président Alassane Ouattara a pris part à l’investiture du président Ghanéen, Nana Akufo-Addo. Il a été aux côtés de celui qu’il appelle affectueusement « double excellence ». Et ce, pour lui témoigner des rapports de fraternité qui lient les deux peuples voisins. En décembre dernier, par ailleurs, Nana Akufo-Addo faisait partie des chefs d’Etats qui avaient répondu présents à l’investiture d’Alassane Ouattara. Fière chandelle donc à lui renvoyée. Avant le Ghana, le président Ivoirien avait été à l’investiture de « son neveu », Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara perd son procès face à un journaliste en France-Le sabotage de l’image du président Ivoirien continue

A la faveur de l’investiture de son homologue Ghanéen, le président Alassane Ouattara a écrit : « Mes chaleureuses félicitations à mon frère et ami, Nana Akufo-Addo, qui a prêté serment, ce jeudi, suite à sa brillante réélection à la magistrature suprême du Ghana. Je lui réaffirme ma disponibilité à consolider davantage les excellentes relations entre nos deux pays ». Au moment où il séjournait dans la capitale Ghanéenne, un épisode juridique le mettant à l’index depuis trois ans se jouait à Paris. Dans une affaire de diffamation, pour laquelle il avait porté plainte contre « La Lettre du continent », Alassane Ouattara a été débouté. Dans ce procès où son image s’en trouve écornée par rapport à des détournements de biens publics, Alassane Ouattara ne s’est pas encore prononcé. Fera-t-il appel de la décision rendue hier par la justice française ?.

Le président Ghanéen Nana Akufo-Addo
Le président Alassane Ouattara au Ghana lors de la cérémonie de prestation de serment de Nana Akufo-Addo