• Save

À moins d’un revirement de dernière minute, Alassane Ouattara installera officiellement Hamed Bakayoko, actuel ministre de la défense, dans le fauteuil de Premier ministre, la semaine prochaine. S’en suivra la nomination du Vice-Président en la personne de Patrick Achi, en août. Mais avant la mise en selle du nouveau vice-président, le président sortant devrait déclarer sa candidature, avant fin juillet. Si nos sources, témoins des conclaves qui ont arrêté ces décisions depuis Korhogo, restent sûres de leur fait, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’actualité est en train de leur donner raison. Du moins sur la grande probabilité de la candidature d’Alassane Ouattara. En effet, comme préparé et annoncé, depuis le début de la semaine, le travail de préparation des esprits à cette éventualité est lancé. Ici, ce sont des cadres pro et anti 3è mandat qui s’affrontent à coup d’argumentaires contradictoires. Là, ce sont des chefs coutumiers et élus des régions de la Bagoué, du Poro, du Tchologo…, qui « réclament la candidature d’Alassane Ouattara » dans le quotidien gouvernemental, Fraternité Matin.

Lire aussi : Interview exclusive-Noël Dourey ( Artiste chanteur)-Il se prononce sur un éventuel troisième mandat d’Alassane Ouattara-Son message à Yodé et Siro-Sa chanson hommage à Amadou Gon Coulibaly

Troisième mandat Alassane Ouattara-Les parlementaires RHDP ont décidé à l’unanimité

  • Save

Depuis le mercredi 22 juillet, c’est officiel. « Après 5 h de temps de débats houleux mais civilisés, le groupe parlementaire RHDP a décidé, à l’unanimité, de porter son choix sur le Président Alassane Ouattara comme candidat à l’élection Présidentielle du 31 octobre 2020 », confirme l’Honorable Touré Alpha Yaya du RHDP. Dans cette dynamique, un mot d’ordre a été lancé. Tous les présidents des 90 associations de la PV RHDP, les membres du Rassemblement des jeunes de Côte d’Ivoire (RJCI) ont été appelés à « s’inscrire dans cette logique et de tout mettre en œuvre pour la victoire du Président Alassane Ouatarra le 31 octobre 2020 ». Mais pas que. De fait, avec cette décision, une nouvelle trouvaille a également vu le jour au cœur de la Case verte. Ici, on se passe déjà le mot : l’échéance du 21 octobre prochain est en réalité celle du tout premier mandat présidentiel sous la 3è République. « Ainsi, Alassane Ouattara ne va pas à ces élections pour un 3è mandat, mais plutôt pour son premier mandat sous la 3è République », argue, assuré cet élu du RHDP qui nous livrait ses impressions sur les réseaux sociaux.

En 2000 en effet, le Général Robert Guéi, accueilli comme ‘’le père Noêl’’ après le coup d’État du 24 décembre 1999, avait lui aussi pris l’engagement de ne pas se présenter à l’élection présidentielle qui devait se tenir en octobre 2000 « Je ne suis pas un homme de pouvoir, mais plutôt de devoir »,

Sur la question, des juristes de la case verte devraient, apprend-on, entrer en scène dans les jours à venir. Après la déclaration officielle de candidature du président sortant. Sur fond de cours de Droit, ces Experts mandatés par la Case verte auront pour mission de décortiquer les tenants de la Constitution ivoirienne qui sous-tendraient la notion de 3è république. Et, partant de la première mandature qui va avec. A 100 jours des échéances du 31 octobre, cependant, outre les contours de la candidature d’Alassane Ouattara qui se précisent, les multiples similitudes qu’elle a avec celle d’un certain Robert Guéi commence à faire jaser. Lors d’échanges informels, il est devenu courant d’entendre des cadres de l’opposition et même quelques-uns du RHDP, faire ce curieux parallèle.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Exclusif-Présidentielle 2020-Troisième mandat-Dans le secret des conclaves qui vont contraindre Alassane Ouattara à déclarer sa candidature-Jean-Yves Le Drian et Macky Sall cités-Ce que les chefs de l’Armée ont promis

Alassane Ouattara peut-il éviter le syndrome Robert Guéï ?

En 2000 en effet, le Général Robert Guéi, accueilli comme ‘’le père Noêl’’ après le coup d’État du 24 décembre 1999, avait lui aussi pris l’engagement de ne pas se présenter à l’élection présidentielle qui devait se tenir en octobre 2000 « Je ne suis pas un homme de pouvoir, mais plutôt de devoir », arguait-il à qui voulait l’entendre. Mais à quelques mois des élections, l’homme reniera sa parole donnée. Exactement comme ce qui se dessine déjà autour d’Alassane Ouattara, la candidature du Général confirmée, avait été présentée comme « le choix du peuple ». Avec des chefs traditionnels portés en manchette du quotidien gouvernemental Fraternité Matin, et présentés à la télévision nationale comme ayant « cotisé pour payer la caution du candidat du peuple ».

Autant l’armée a lâché papa Roméo quand le peuple s’est opposé à son braquage électorale, il en sera de même pour l’éventuel candidat du RHDP 

Au nombre de ceux qui voient se profiler un remake de l’élection présidentielle d’Octobre 2000, El Hadj Mamadou Traoré. A l’instar des internautes du PDCI-RDA, l’ancien militant RDR aujourd’hui pro-Soro affirmé, s’est même livré à un exercice qui vaut le détour sur le sujet. Ainsi, l’ex-Directeur général de l’Institut National de Formation Sociale (INFS) estime qu’« autant [Robert Guéi] s’est menti lui-même en croyant être plus malin que le peuple, le gourou du Restaurant est également en train de se mentir à lui-même en croyant qu’il est l’homme populaire qu’il était avant son accession au pouvoir ». Dans la même dynamique, il annonce qu’« autant [Robert Guéi] a été lâché au dernier moment par les hommes qui battaient campagne pour lui, c’est de cette même manière que le gourou du RHDP sera lâché par tous ceux qui l’encouragent à se porter candidat ». Et de conclure que : « autant papa Roméo, du haut de son statut de chef de la junte militaire, pensait qu’il avait l’armée avec lui pour mater le peuple afin de s’installer au pouvoir par la force, il en est de même pour Alassane Ouattara. Autant l’armée a lâché papa Roméo quand le peuple s’est opposé à son braquage électorale, il en sera de même pour l’éventuel candidat du RHDP ». À moins de 100 jours de l’échéance, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’heure n’est plus au long suspens. Le compte à rebours semble déjà enclenché, pour confirmer ou infirmer toutes les passions qui se tissent autour de la candidature ou non d’Alassane Ouattara et l’issue de la Présidentielle d’octobre 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.