Bastonné par un gendarme qu’il a nommément identifié, le footballeur Marcel Metoua a demandé que justice soit faite. Avec la dernière information que l’on vient d’avoir dans cette affaire, l’on peut dire que les choses avancent dans le bon sens. Il est fait mention de ce que le commandement de la gendarmerie nationale a été saisi. Celui-ci a donc demandé à la brigade de recherches de la gendarmerie nationale d’ouvrir une enquête. Un communiqué a même été publié à cet effet avec des numéros pour recueillir toute information pouvant aider à la reconstitution des faits, et à établir la vérité. “Le vendredi 22 janvier 2021, le sieur Metoua Marcel a déclaré à travers les réseaux sociaux qu’il aurait été violenté avec sa famille par son bailleur, un capitaine de la gendarmerie nationale. Face à ces accusations, la gendarmerie nationale qui a pour mission de veiller à la sécurité de toutes les personnes et leurs biens, a immédiatement ouvert une enquête.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Marcel Metoua-Bastonné par des gendarmes-Le footballeur dénonce un abus : “Il m’a laissé entendre qu’il dîne avec la première dame”-Son récit pathétique à lire

A cet effet, toute personne pouvant aider à la manifestation de la vérité est priée de bien vouloir prendre contact avec la section de recherches au : 20213163″ . Un jour après sa bastonnade, Marcel Metoua avait publié le récit pathétique que voici : “Moi et ma famille avons été violentés à notre domicile par le capitaine Affechy Judicaël Rodrigue de la gendarmerie et ses éléments le jeudi 21 Janvier aux environs de 22 heures. Le capitaine en question est le propriétaire de l’appartement que nous louons à la Riviera Faya cité Prestige. Nous ne nous sommes pas encore acquittés du loyer. Ma femme nourrice de 4 mois a été tabassée par le capitaine. Le capitaine et huit de ses éléments venus en renfort m’ont violenté. Avant de partir, il m’a laissé entendre qu’il dîne avec la première dame, Mme Dominique Ouattara et qu’il serait un intouchable dans ce pays. Nous n’avons pas accès à l’appartement. Nous sommes en ce moment sans domicile avec nos enfants qui vont à l’école. Nous sommes encore sous le choc, ma famille et moi. Ma femme est actuellement à l’hôpital. Nous voulons juste porter l’information pour que cette injustice soit réparée. Nous vous reviendrons pour plus de détails”.