Après la décision rendue hier par le tribunal de Paris à la suite d’un procès intenté contre « La lettre du continent », les avocats du président Ivoirien, Alassane Ouattara ont réagi. Le communiqué qu’ils ont produit stipulent ceci : « La décision de la 17-ème chambre correctionnelle de Paris rendue le 7 janvier 2021 a fait l’objet de commentaires. Le tribunal a jugé que les propos publiés par « La lettre du continent » en 2017 étaient diffamatoires à l’encontre du président Alassane Ouattara, ce qui était notre demande, et c’est ce que nous avons plaidé. Le tribunal a noté que les propos de la « Lettre du continent » ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d’expression. Enfin, contrairement au souhait de « La lettre du continent », le tribunal a rejeté sa demande de condamnation du président Ouattara pour procédure abusive, estimant que ce dernier avait été légitime à porter son action devant la justice ».

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Alassane Ouattara perd son procès face à un journaliste en France-Le sabotage de l’image du président Ivoirien continue

Ce communiqué est signé de Jean-Paul Benoit et Pierre-Emmanuel Blard, avocats d’Alassane Ouattara. A la lecture dudit communiqué, sans être un esthète des questions juridiques, on se poserait plusieurs questions. Le président Ivoirien a-t-il porté plainte contre « La lettre du continent » juste, pour que que le billet produit dans ses colonnes soit reconnu comme étant diffamatoire ?. Y’ avait-il besoin d’ester une action en justice pour un tel fait ?. Ne pouvait-on pas produire un droit de réponse et demander à « La lettre du continent » de le publier ?. Soit l’un ou l’autre, comme cela a été le cas pour Jean-Paul Benoit et ses compères à la CPI, ils sont payés pour faire de la complaisance. Au point où que de se taire après avoir été débouté dans ce procès, ils ont tenu à produire un communiqué aussi pathétique pour dire à l’opinion qu’ils ont obtenu de la justice française tout simplement que les propos tenus dans les colonnes de « La lettre du continent », sic, soient jugés diffamatoires. Cette sortie des avocats d’Alassane Ouattara est si aberrante et insultante à la fois qu’elle n’a pas besoin d’être commentée plus que ça.