Ce mercredi 7 avril 2021, en conseil des ministres, le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a donné son accord pour le retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Aussi facilement, diraient les plus dubitatifs quant à une telle déclaration. Et ces personnes n’auraient pas tort quand on a en mémoire des propos tenus par Alassane Ouattara dans l’une de ses interviews avant les élections présidentielles. Où il brandissait la perpétuité pour Guillaume Soro et la prison pour Laurent Gbagbo, une fois libéré au niveau de la Cour Pénale Internationale. Par ailleurs, Laurent Gbagbo avait lui aussi avancé que s’il voulait rentrer, il aurait pu le faire, avec ou sans passeport. Acquitté définitivement avec deux passeports en sa possession, Laurent Gbagbo a dit remettre les modalités de son retour et sa sécurité au greffe de la CPI. Au vu de ce tableau liminaire, lorsque par la voix d’Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement, il est dit de manière lapidaire ceci : « Le président de la République a donné son accord pour le retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé quand ils le voulaient et que les frais de voyage seront pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire, mais je ne peux pas en dire plus. Je souhaiterais m’en tenir aux propos du Chef de l’Etat. Bien entendu, il reste bienveillant quant à la situation des victimes ».

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Nouveau gouvernement-Qui est Amadou Coulibaly Ams-Nouveau ministre de la communication, des médias et de la Francophonie

Outre cette précision, Amadou Coulibaly a renchéri quant à une autre question inhérente à ce dossier pour dire ceci : « Au risque de me répéter, à moins que vous pensiez que le chef de l’Etat soit particulièrement cynique, ça me parait un peu gros que l’on offre des frais de voyage à quelqu’un parce qu’on a envie de le mettre derrière les barreaux…Mais il rentrera et la justice fera son travail… ». Et c’est là toute la nuance. Laurent Gbagbo rentrera et la justice fera son travail. Un non-dit criard qui soulève un problème quant à la sincérité de l’accord pour ce retour. Outre les aspects qui engagent le président Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo voudra-t-il rentrer sans que l’épineux problème des prisonniers politiques ne soit élucidé ?. De nombreuses personnes croupissent en prison depuis plus de 10 ans sans jugement, juste pour avoir défendu les institutions Ivoiriennes aux côtés de Laurent Gbagbo. Voici des problèmes, qui une fois élidés pourraient permettre à Laurent Gbagbo de rentrer dans un bel état d’esprit. S’il est surtout gracié au préalable de la peine de 20 ans pour laquelle il est condamné en Côte d’Ivoire. Autant dire que pour le retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, l’on n’est pas encore sorti de l’auberge. Même si la déclaration de ce jour ouvre la voie à des discussions profondes pour un retour apaisé qui participera à n’en point douté à une décrispation de la situation politique en Côte d’Ivoire.