• Save

Dans son nouveau single intitulé “coronavirus assassin” avec les versions en lingala et français dont le clip tourné en confinement est disponible depuis quelques jours sur YouTube, Koffi Olomidé passe la pandémie mondiale du Coronavirus au feu des analyses spirituelles. Et les fruits de sa méditation, c’est dans une rythmique Rumba chaloupée comme il sait en faire, que le grand Mopao les livre. Pour l’artiste, cette pandémie est la manifestation de la colère de Dieu contre l’humanité. Plantant le décor des morts du Covid-19 enterrés en l’absence de leurs familles, l’artiste fait le parallèle avec le chien. En faisant remarquer que “le chien qui crève n’a pas de funérailles”. Pour Koffi Olomidé, même si “dans le papyrus, il est écrit que la mort est inéluctable”, il n’est pas dit que cela devrait être “comme celle des cochons, des brebis galeuses ou des souris”.

Lire aussi : People-Koffi Olomidé-Assassin-Son coup de gueule contre le coronavirus

Et pourtant, “aujourd’hui, l’homme est enterré au feu de paille. L’assassin de l’homme s’appelle coronavirus. Même la sorcellerie ne peut pas l’éradiquer”. Car, ajoute-t-il : “Il n’y a pas d’antidote à ce virus qui nous décime. L’humanité pleure, se complaît, désespère, pas de vaccin”. Pour Koffi Olomidé, il convient de faire “l’inventaire de tous nos péchés. Notre attachement à nos biens matériels. Cupidité, égoïsme, hypocrisie et orgueil. Le péché de nous réjouir des malheurs de notre voisin. Dieu n’aime pas la haine, la vanité et le mensonge”. “Pour nos péchés, quel est le prix qu’il va falloir payer ?”, s’interroge-t-il. Avant d’arriver à la conclusion suivante : “La colère de Dieu en forme de virus sous tous les cieux”. Pendant ce temps, depuis quelques jours, en marge des recherches pour vaincre le virus, la polémique autour de sa provenance enfle. La théorie indexant le pangolin comme la source du Covid-19 est battue en brèche par certains chercheurs dont le Professeur Luc Montagnier. Le Prix Nobel de la Médecine 2008, soutient qu’il s’agit plutôt d’un virus qui provient d’un laboratoire chinois. Pour Koffi Olomidé, les voies de Dieu étant insondables, le débat n’est plus au niveau des humains. “Dieu n’est pas content, Dieu est mécontent. Dieu est en colère. Trop de péchés sur terre. Depuis la nuit des temps et des années, Dieu ne faisait que nous observer”, soutient-il. Mais l’artiste congolais reste convaincu que le confinement permettra à l’humanité de venir à bout de ce mal. Aussi, préconise et encourage-t-il le confinement et le respect des mesures d’hygiène. “Le virus est méchant, barbare et vorace. Pour nous en sortir, ne sortons pas. Soyons solidaires après cette pandémie”, conseille-t-il à la fin de “coronavirus assassin”.