• Save

Hasard de calendrier ? Simple coïncidence ? Calculs politiques savamment menés ? En visite, la semaine dernière, dans la région du Tonkpi (Ouest de la Côte d’Ivoire), Mabri Toikeusse, le président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) s’est retrouvé dans la ligne de mire de Sidiki Konaté, son ex-camarade du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) également en tournée dans le Grand Ouest. Il n’en fallait pas plus pour que les deux hommes se lancent dans un jeu d’attaques et contre-attaques verbales digne des clashs des artistes du coupé-décalé. En exclusivité, nous avons réalisé une compilation des morceaux les plus ‘’croustillants’’ du clash auquel des deux hommes politiques se sont livrés à travers les rencontres distinctes avec les populations…Tout part de ce Tweet du président de l’UDPCI : « En visite dans la région du Tonkpi, j’ai été heureux de rencontrer les jeunes, les femmes et la chefferie coutumière des départements de Man et de Biankouma. Nous avons eu des échanges fructueux sur des sujets d’intérêt commun », a déclaré l’ancien ministre, sans daigner préciser le contenu des sujets abordés.

  • Save

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Albert Mabri Toikeusse-Ce que les menaces du pouvoir portant sur des milliards, entraînent chez le président de l’UDPCI

Clash-Morceaux choisis des invectives entre Albert Mabri Toikeusse et Sidiki Konaté

Sidiki Konaté : « Nous n’allons plus tolérer les langages xénophobes à l’ouest. Que les candidats défendent leurs programmes que de tribaliser le débat politique. Pourquoi donc quitter le développement pour aller dans une aventure ambiguë ? ». Mabri Toikeuse : « Qu’on m’attende ailleurs sur le terrain du débat de la contradiction, de la démocratie pour que chacun de nous, dise aux Ivoiriens ce qu’il est capable d’apporter, la voie qu’il indique pour le pays. Et nous, on veut gouverner ce pays dans la justice, dans l’équité. Ça veut dire qu’un département comme Zouan-Hounien, depuis trente ans contribue à la richesse de la Côte d’Ivoire pas seulement au plan agricole, mais au plan minier. Que ce département ne peut pas rester sans route. Quand on le dit, on a raison. On ne peut pas, pendant trente ans prendre de l’or chez nous pour enrichir la Côte d’Ivoire, et chez nous, il n’y ait pas de route. Pourtant, ce sont des milliards de FCFA qui sortent de là. On ne peut pas regarder ce département qui a plus de 200 000 habitants et le traiter comme un campement. Quand je le dis, ce n’est pas du tribalisme. C’est demander la justice ».

  • Save

Lire aussi : Election présidentielle-Octobre 2020-Guillaume Soro à nouveau courtisé par le RHDP ?-L’un de ses proches fait des révélations-Ce qu’il dit d’un éventuel coup d’Etat

Sidiki Konaté : « Il va venir blaguer les parents et quand les résultats vont sortir on va dire toute la Côte d’Ivoire a voté pour un candidat et c’est l’ouest seul qui a suivi tel candidat. Ça sera encore un autre problème. Parce que le régime qui sera là, dira que vous ne l’aimez pas. Avant de finir ce palabre, les autres avanceront dans le développement. Or nous avons déjà amorcé le développement. Cela veut dire que si l’année 2020 finit, le développement démarre chez nous. Vos fils que nous sommes, ne sont pas des traîtres.[…] Parce que les gens viennent vous dire : Un fils veut être candidat et ses frères ne veulent pas le suivre. Ils n’aiment pas l’intérêt de l’ouest. Cela est faux. Est-ce que cette personne même aime l’ouest ? Qu’est-ce qu’elle veut de l’ouest ? Est-ce que c’est comme ça qu’on aime l’ouest ? Il faut qu’on réfléchisse. Il est vrai que l’ouest peut voter pour toi. Mais est-ce que c’est seulement elle qui fera de toi un président ? Il faut être réaliste. Le PDCI et le RHDP sont partout. Quand tu dis : Le parti de notre frère. Est-ce qu’il est représenté partout ? Le choix de l’ouest est le choix de la raison et non celui de la passion ou de l’émotion. La majorité de vos enfants sont avec le pouvoir. Et vous nos parents, devez nous aider ».

  • Save

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Election présidentielle octobre 2020-Tidjane Thiam-Candidat indépendant-Des statistiques le donnent gagnant

Mabri Toikeuse :« Ça vraiment, ce n’est pas à ceux que tu dis ça qu’il faut considérer comme des gens qui ne comprennent rien. Soit, toi-même tu fais exprès, soit toi aussi tu ne comprends rien. Parce que celui qui gouverne, gouverne toute la Côte d’Ivoire et tous les Ivoiriens. Peu importe ceux qui ont voté pour toi et ceux qui ne l’ont pas fait. Combien de voix nous avons apporté au président Ouattara ici. Si c’est ça, il y a des zones qui ont connu le bitume avant nous par les soins du président Ouattara et qui ont apporté moins de voix. Ils sont là, je peux en citer dix ». Sidiki Konaté : « Je demande à mon frère Mabri de revenir à la maison. Sa place c’est au sein du RHDP où il est membre fondateur et vice-président. Viens prendre ta place au RHDP. Nous étions tous deux coordonnateurs régionaux du RHDP. Nous avions été investis devant tous nos parents (…).

Sidiki Konaté à Albert Mabri Toikeusse : Laisse ton affaire de distribuer de la kola dans les villages et viens soutenir ton frère Amadou Gon Coulibaly

Laisses ton affaire de distribuer de la kola dans les villages et viens soutenir ton frère Amadou Gon Coulibaly. Allons vers ce qui est grand qui est bon pour nous faire avancer […] L’assise d’un parti, c’est le nombre de ses élus. Le RHDP est la première force dans la région. Nous avions gagné les élections régionales ensemble dans le cadre du RHDP. Nous ne pouvons le suivre dans ses ambitions personnelles […]En réalité, ceux qui veulent que Mabri abandonne le RHDP pour être candidat ne l’aiment pas. Ce sont les mêmes qui l’ont poussé en 2016 à aller seul aux élections législatives et la suite on la connaît. Cela doit pouvoir servir de leçon et nous amener à rester soudés et solidaires dans cette région autour du président Alassane Ouattara et du premier ministre Amadou Gon Coulibaly afin de continuer à tirer le développement vers le Tonkpi ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que la bataille pour le contrôle (politique) du grand-ouest est loin de son pic. Qui pourrait être atteint lors de la campagne présidentielle à proprement parler. D’ici-là, c’est peu dire que le fossé entre Albert Toikeusse Mabri, 58 ans et le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) s’approfondit à mesure que l’on approche des échéances du 31 octobre prochain.