Dans la dynamique de ses déclarations antérieures dans bien de médias, Charles Blé Goudé s’est exprimé ce jeudi 8 avril depuis la Haye en direct sur une chaine de télévision Ivoirienne. Toujours dans la mesure et la pondération, le président du COJEP a donné un aperçu de ce que sera son projet politique une fois rentré en Côte d’Ivoire. A cette épineuse question que l’on se pose, dira-t-il en substance : “Vous ne pouvez pas demander à un footballeur qui a évolué dans un centre de formation de football de prendre la licence d’une autre discipline autre que le football. La politique, c’est toute ma vie. J’ai fait ma formation dans ce domaine. Je continuerai donc à faire la politique. Mais primo, je veux servir d’instrument de paix pour mon pays. Mes ambitions ne sont pas au dessus de la vie de mes concitoyens. Je veux aider à réconcilier les Ivoiriens. Pour la suite, on en parlera au moment opportun”. Pour des observateurs qui sont dubitatifs quant à la décision du président Alassane Ouattara, de le voir rentrer, lui et le président Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé s’est voulu rassurant : “D’ores et déjà, je peux dire au président Alassane Ouattara que la réconciliation nationale est entre ses mains. D’autres m’ont parlé de piège. En dépit des réserves des uns et des autres, je tiens à exprimer ma gratitude au chef de l’Etat.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Charles Blé Goudé-Après l’accord de leur retour par Alassane Ouattara : “Je veux servir d’instrument pour la paix dans mon pays…”

Sa déclaration du 7 avril participera à n’en point douter à la décrispation de l’environnement sociopolitique. A ce sujet, je n’ai aucune appréhension. Cela fait 7 ans que je suis en Hollande avec un procès qui a commencé devant la chambre préliminaire, ensuite la chambre de première instance pour se terminer devant la chambre d’appel. Ce que la prison m’a appris, c’est la patience. Le chef de l’Etat ne peut pas vouloir nous faire rentrer et nous enfermer dans une prison. Il n’a pas à user de toute cette ruse. Qu’on apprenne à se faire confiance à nouveau”.

.Je vais aller vers ceux avec qui, je ne partage pas forcement les mêmes points de vue

Pour ce qui est de la personnalité nouvelle qu’il incarne, Charles Blé Goudé a fait ce rappel : “J’avais 28 ans quand la crise éclatait, aujourd’hui, j’en ai 49. Les épreuves sont un enseignant. La prison n’est pas seulement un lieu de détention, mais de formation, et donc de transformation. J’ai tiré des leçons de deux ans d’exil, 14 mois de détention à la DST et 7 ans ici à la Haye…Je vais aller vers ceux avec qui, je ne partage pas forcement les mêmes points de vue”. Quant aux modalités de son retour, il dira qu’il est un peu trop tôt d’en parler tout en avançant qu’il n’y a pas encore eu de contact officiel avec les autorités Ivoiriennes. A propos de son passeport, voici ce qu’il dit : “J’ai écrit une lettre officielle à l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Hollande qui est mon voisin ici à la Haye, j’ai échangé avec le greffe de la CPI. Le passeport de Charles Blé Goudé est un sujet hautement politique. J’ai foi que d’un moment à l’autre, j’aurai mon passeport”. Pour terminer, voici le message qu’il a lancé : “Peu importe nos colorations politiques, quittons le face à face pour aller au côte à côte. Il y’a un temps pour la guerre, il y’a un temps pour faire la paix”.

Laisser un commentaire