L’activisme de Samuel Eto’o lors du dernier CHAN, et certaines de ses actions ont amené au décryptage légitime de sa candidature prochaine à la présidence de la FECAFOOT. Que nenni. Selon ses proches avec qui, nous avons échangé, les ambitions de Samuel Eto’o sont beaucoup plus grandes que ça. Il vise au-delà des instances footballistiques. Et les démarches qu’il a entreprises ces derniers temps vont dans ce sens. Le 26 janvier, il faisait échos de sa visite à l’une des élites de l’armée Camerounaise qu’est le BIR. « J’ai eu le plaisir de communier ce mardi à Maroua avec mes frères et sœurs de l’armée, qui, au quotidien, donnent de leurs vies pour préserver l’intégrité du Cameroun… ». Trois jours après, soit le 29 janvier, Samuel Eto’o se rendait à l’extrême Nord du Cameroun.

Lire aussi : Football-Cameroun-Après la candidature de Didier Drogba à la FIF-Samuel Eto’o brigue la présidence de la FECAFOOT

Visite sanctionnée par la publication suivante : « Merci aux milliers de jeunes des écoles primaires et scolaires de la région de l’extrême Nord qui m’ont fait honneur ce mercredi à Bogo ». Analyse toute simple, Samuel Eto’o dans sa communication ici, met en avant deux marqueurs sociaux très importants : L’armée et les jeunes à travers l’éducation. Et ce n’est pas tout. Le 2 février, il est fait prince dans les villes de Bertoua et Abong Mbang. La notabilité et la chefferie traditionnelle se voient ainsi imbriquer à sa communication politique. Tout cela sous-tend les révélations faites par ses proches. En effet, le goleador Camerounais ne songe pas à briguer la présidence de la FECAFOOT, mais il cherche plutôt à devenir président du Cameroun. Et il y va à pas feutrés avec un chronogramme bien en place.