L’affaire fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Invitée à se prononcer à la faveur d’un panel dont le thème est « impact des influenceurs sur l’entreprenariat », Nathalie Koah a été déboutée par la direction de l’Institut Catholique de Yaoundé. Et pourtant, le paradoxe, c’est que Nathalie Koah est la directrice de la communication de la Fintech Croos France au Cameroun. Avec un siège flambant neuf inauguré récemment, sis sur l’Avenue du président Ahmadou Ahidjo. En effet, Croos est une société financière française qui accompagne les étudiants en mobilité internationale vers la France dans leurs formalités administratives. Pour leur demande de visas après obtention d’une admission dans un établissement supérieur français, il faut se tourner vers le Croos. C’est cette société qui garantit par exemple l’AVI ( L’attestation de Virement Irrévocable) qui est comme une sorte de caution.

Lire aussi : People-Emma Lohoues-L’un de ses employés aux mains de la gendarmerie-Les raisons

Une des conditions les plus importantes pour les étudiants pour l’obtention de leurs visas en vue d’étudier en France. En dépit de la polémique qui enfle et qui a vu l’institut Catholique de Yaoundé suspendre les activités de la filière Marketing Communication vente de leur école, l’opportunité pour ces étudiants étaient là, outre de bénéficier du savoir faire de Nathalie Koah quant au positionnement sur le digital, mais aussi et surtout d’avoir un point focal au Croos. Quand on sait que la plupart des étudiants des universités africaines rêvent de venir poursuivre leurs études en France, évincer ainsi Nathalie Koah ne sera-t-il pas préjudiciable à l’avenir pour l’Institut Catholique de Yaoundé ?.