• Save

“Et si le drame de Bouaké était une manipulation franco-française, avec participation d’une partie de l’entourage de Laurent Gbagbo, dans le but d’éliminer ce dernier” ? C’est la problématique que pose le magazine français, Marianne dans sa publication du 31 janvier au 6 février 2020. Cela fait suite à la publication du livre “Crimes et châtiment” de l’avocat français, Jean Balan qui met en cause trois ministres français qui sont entre autres, Dominique Gallouzeau De Villepin, Michelle Alliot-Marie.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Les dessous de la visite privée du président Alassane Ouattara à la reine du royaume Baoulé-Le dossier Henri Konan Bédié à l’ordre du jour-Des révélations explosives

Pour rappel, en novembre 2004, suite à des frappes ciblées sur les forces rebelles à Bouaké, alors que les Forces de Défense et de Sécurité de Laurent Gbagbo avaient pris le dessus, la France brandissait neuf soldats tués lors de l’assaut mené par des soukkoï, qui, dit-on étaient pilotés par des biélorusses. Alors que doit s’ouvrir, le 17 mars prochain, le procès des coupables présumés, des zones d’ombre dans l’enquête sont révélées. Il y aurait eu “obstructions et tentatives de sabotage en tous genres par quatre juges successifs”. Laurent Gbagbo et l’Etat de Côte d’Ivoire auront-ils été donc accusés à tort ? . Surtout que cette tuerie qui leur avait été imputée aux soldats ivoiriens avait occasionné de graves crises en novembre 2004 en Côte d’Ivoire. Après la destruction de l’aéronef ivoirien au sol, l’on se rappelle le sit-in de l’Hôtel Ivoire où des jeunes ivoiriens à mains nues avaient fait face à la barbarie des snipers français.

One thought on “Bouaké novembre 2004-Neuf soldats français tués-Est-ce un complot franco-français ? Voici la question que pose un journal français, 16 ans après”

Comments are closed.