Avec les vives tensions au Sénégal, Guillaume Soro n’a pu s’empêcher de Tweeter hier que l’Afrique de l’Ouest était en feu. L’on est à même de lui donner raison, avec les fronts ouverts un peu partout dans cette partie de l’Afrique. Ousmane Sonkon en détention au Sénégal. Et depuis cette nuit, Reckya Madougou, ancienne ministre Béninoise dont la candidature n’a pas été validée, qui croupit en prison. En effet, pour l’élection présidentielle le 11 avril prochain, elle n’y participera pas, pour la simple raison qu’elle est accusée de vouloir organiser des troubles et provoquer le chaos dans le pays.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Etat de santé du premier ministre Hamed Bakayoko-Le communiqué tardif de la présidence qui fait courir les rumeurs les plus folles

Inculpée pour « financeent du terrorisme », elle a été placée en détention provisoire ce vendredi 5 Mars. Reckya Madougou a donc passé sa première nuit de prison à la maison d’arrêt de Missérété à Porto Novo. Constat général dans plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest, tous les opposants sont systématiquement muselés. Une fois que l’on les voit comme un danger à même de ravir le pouvoir, on leur colle un délit et la case prison n’est pas loin. Autant dire, que ce soit en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Bénin, au Togo, l’on assiste à une nette régression de la démocratie. Par ailleurs, Reckya Madougou est présentée également comme la conseillère spéciale du président togolais Faure Gnassingbé. Elle a été deux fois ministre du gouvernement Boni Yayi.