• Save

Il aura marqué son passage à l’Asec Mimosas puisqu’il a été deux fois meilleur buteur des Mimos. Lui, c’est l’attaquant international burkinabé, Amed Touré. Confiné à Abidjan en raison de la pandémie du coronavirus, celui que l’on surnomme “Simba” était l’invité de « La Grande Team » sur la chaîne de télévision, « La 3 », le jeudi 30 avril. Il a parlé de son passage à l’Asec Mimosas et dans la Ligue 1 ivoirienne. Evidemment, il a évoqué son départ de l’Asec. Un départ difficile pour les Actionnaires, mais un passage obligé pour lui qui devait s’offrir une bonne porte de sortie : « J’étais à l’aise à l’Asec. Après ma première saison, j’avais renouvelé de deux ans mon contrat. Il me restait donc une saison avec l’Asec, puis la proposition de l’AS Vita Club est intervenue.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Etat de santé-Amadou Gon Coulibaly-Quand le gouvernement ivoirien fait dans la propagande-Le poker menteur des communicants

Je ne suis pas parti de l’Asec de moi-même, donc de club en club, le transfert a été acté. Apparemment, le montant que je vais taire, arrangeait l’Asec et moi aussi, cela m’arrangeait. Tout compte fait, si le montant n’était pas conséquent, l’Asec n’allait jamais me laisser partir. Pour dire que c’était gagnant-gagnant. Ils m’ont posé mille fois la question si je voulais partir et j’ai répondu, OUI. D’ailleurs, le président Baky m’a appelé et m’a dit d’aller chercher l’argent ». Touré Amed est revenu sur ses débuts chez les Dauphins Noirs de Kinshasa. “Mes débuts à l’AS Vita Club ont été difficiles. La communication, l’environnement, la nourriture, il fallait une période d’adaptation et du coup, j’étais un peu perdu. Il est clair que je n’ai pas explosé comme je le faisais à l’ASEC, mais je crois que la saison prochaine, je le ferai. J’ai appris à connaitre mes coéquipiers et je me sens intégré. Je ferai tout l’année prochaine pour retrouver mon meilleur niveau. Actuellement je m’entraîne à Sol Beni avec mon kinésithérapeute, Dr ZAKA”.

Publicités