• Save

Un article insipide, mal inspiré, mal rendu par ceux aussi, qui ont voulu en faire le relais. D’ordinaire connue pour une personne au dessus de la moyenne au vu de la qualité avérée de ses productions littéraires, cette fois-ci, Kyria Doukouré s’est tirée une balle dans le pied. En révélant à l’arraché et de manière décousue une supposée enquête menée par des journalistes qui épinglerait le ministre de la défense, Hamed Bakayoko. Vu que Dj Arafat a été cité de manière malencontreuse dans ce brûlot, des people se sont sentis interpellés. Et ce, du fait de leurs rapports privilégiés avec Hamed Bakayoko. Aussi Molaré et Angelo Kabila ont-ils pris position pour apporter leur soutien à leur mentor au vu de ce qu’ils qualifient de cabale et de campagne de dénigrement. Laconique, Molaré a lui, publié ce message : “Les calomnies renforcent les bénédictions”. Quant à Angelo Kabila, producteur événementiel, il n’y est pas allé de main morte.

Lire aussi : People-Angelo Kabila-Eléction du président de la Fédération Ivoirienne de Football-Les raisons profondes de l’engagement de l’ancien manager du groupe Magic System aux côtés du candidat Idriss Diallo

Hamed Bakayoko-Drogue-Cité dans une enquête-Angelo Kabila réagit : “Ils ne réussiront pas à nous ébranler…”

“Mon parrain à moi , juste te témoigner mon amour et toute ma reconnaissance. Pour ceux qui tombent dans le dénigrement de ta personne, qu’ils sachent qu’il y a bien des gens qui t’aiment et qu’ils ne réussiront pas à nous ébranler. Merci de nous aimer dans la différence, monsieur le fédérateur. Je reste ton filleul à vie, et je l’assume”. Une prise de position sans ambages d’Angelo Kabila pour Hamed Bakayoko. L’enquête qui met à l’index le ministre Hamed Bakayoko éventée dans un premier temps par Kyria Doukouré a été reprise par bien de personnes, le cas de Nathalie Yamb, proche de Mamadou Koulibaly, qui, via Twitter a écrit ceci : “D’après une enquête menée par les journalistes Nicholas Ibekwe et Daan Bauwens, Abidjan est devenue une plaque tournante du trafic international de cocaïne dans lequel des membres du gouvernement sont très impliqués”.