• Save

Depuis l’instauration du couvre feu en Côte d’Ivoire sur toute l’étendue du territoire, la capitale, Abidjan, est devenue le lieu de toutes sortes de bavures policières. Des abus pompeusement relayés sur les réseaux sociaux. Programmé de 21heures à 5h du matin, le couvre feu n’est toujours pas respecté par les populations. Les deux premiers jours, que de s’adonner à une certaine sensibilisation, les forces de l’ordre se sont engagées sine die, dans la répression, fait qui n’échappe à personne. Des vidéos où des hommes en tenue, matraques en mains administrent des fessées pullulent sur les bulles de filtres versus Côte d’Ivoire. On assiste à des courses poursuites, des séances de pompes sommaires où un mis en cause propose de l’argent à ses bourreaux, qui, in extenso arrêtent de lui faire subir la correction suite à sa proposition financière. Une jeune vendeuse de fruits qui se fait corriger, juste pour avoir enfreint à quelques minutes de couvre feu…autant d’abus qui sont dénoncés.

Lire aussi : Côte d’Ivoire-Coronavirus-Plusieurs cas détectés-Le personnel d’une banque mis en quarantaine-Le gouvernement touché-Allons-nous vers le confinement ?

Abidjan-Couvre feu, pas de sensibilisation…La répression, rien que la répression

L’une des solutions phares du gouvernement ivoirien face à la montée du coronavirus a été d’instaurer le couvre feu. Malheureusement, sur le terrain, les consignes semblent être mal appliquées. Il n’y aura pas eu de round d’observation, encore moins de sensibilisation. Dès le premier jour, les indélicats, qui, à l’heure du couvre feu se trouvaient dehors en ont eu pour leurs comptes. Au second jour, les mêmes scènes de bavures policières. Les dispositions par rapport au couvre feu gagneraient à être mieux encadrées par les autorités politiques. Une période de sensibilisation qui pourrait déboucher sur des verbalisations, plutôt que ces scènes de bavures policières auxquelles l’on assiste et qui sont relayées à profusion sur les réseaux sociaux. L’on attend une prompte réaction du général Vagondo Diomandé, ministre de la sécurité et de la protection civile