• Save

Il est l’une des dernières et des plus grosses victimes de la pandémie du Coronavirus toujours présente, malgré le déconfinement en Côte d’Ivoire. Williams Atteby, ex-député de la commune de Yopougon et membre du FPI (tendance Affi) a été fauché par la Covid-19, jeudi 25 juin à Abidjan. L’homme, apprend-on de sources concordantes est décédé des suites d’un Accident vasculaire-cérébral (AVC) intervenu alors qu’il faisait la maladie à Covid-19. Nommé vice-président par Affi Nguessan, l’honorable Atteby Williams était un fervent partisan et acteur de la réunification du FPI. Après l’ancien ministre Raymond Abouo N’Dori puis Marcel Gossio, ex-Directeur général du Port autonome d’Abidjan, en 2018, le décès de l’honorable Atteby Williams est un coup dur pour le FPI en général.

Lire aussi : Abidjan-Inondations-La pluie fait des morts-Le triste constat de la démission du gouvernement Ivoirien

Coronavirus-Reconfinement du grand Abidjan-On devrait être situé le 15 juillet

Atteby Williams est décédé dans un contexte général d’explosion des cas de Covid-19 dans le pays. Notamment à Abidjan où les statistiques officielles flirtent déjà avec la barre de 10.000 cas confirmés. Si bien que ce même jeudi 25 juin, lors du point-presse à l’issue du Conseil de sécurité, le ministre Hamed Bakayoko a annoncé la possibilité d’un reconfinement général du pays. « Si jusqu’au 15 juillet, la situation ne change pas et que les populations ne respectent pas les mesures barrières, le président de la république n’aura pas d’autres choix que de revenir aux mesures draconiennes telles que le couvre-feu », a-t-il mis en garde. Depuis le 15 mai, à l’issue de la réunion extraordinaire du Conseil National de Sécurité, le Gouvernement ivoirien a décidé d’assouplir les mesures de restriction arrêtées dans la lutte contre la Covid-19 à Abidjan. Avec la levée du couvre-feu, les restaurants et les fameux ‘’maquis’’ ont pu ouvrir de nouveau.

Lire aussi : Abidjan-Les bars et boîtes de nuit restent fermés-La capitale toujours isolée

Après environ deux mois de confinement marqués par l’arrêt total de la vie dans le pays, la fin des restrictions a été un grand soulagement pour les opérateurs économiques. Mais cette « libération » était conditionnée par des ‘’mesures conservatoires’’. Notamment le strict respect des gestes barrières, avec le lavage régulier des mains au savon ou avec une solution hydro alcoolique, le port du masque et la distanciation physique d’au moins un mètre. Plus d’un mois après, le moins qu’on puisse dire, c’est que la Côte d’Ivoire n’est pas sortie de l’auberge, bien au contraire. Sur le terrain, entre déni des chiffres et laisser-aller, les populations ont carrément baissé la garde face à la pandémie. Au demeurant, le moins que l’on puisse dire, c’est que les lieux de spectacles, cinémas, boîtes de nuit et autres bars qui attendaient d’ouvrir en fin juin resteront fermés jusqu’au 15 juillet.

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.